+33 1 40 49 48 34
  0 items - 0.00

Alexandre Protais, Militaires sur un quai à Toulon, 1854


Alexandre Protais (1826-1890),  Militaires sur un quai à Toulon,
1854.

Historique : Achat et don de la SAMO, décembre 2016
Huile sur panneau; 41 x 73 cm.
Crédit photo : © Musée d’Orsay / Patrice Schmidt


L’artiste

Artiste officiel du Second Empire, Alexandre Protais est célèbre pour ses peintures de bataille faite après avoir pris part aux combats des principales campagnes de Napoléon III, en Crimée, en Italie et enfin au cours de la guerre franco-prussienne de 1870 qui mit fin au régime. A l’image de Meissonier mais dans des formats plus importants, il fait la chronique de faits militaires importants, avec d’amples compositions comme Attaque du Mamelon Vert et des Ouvrages Blancs, 7 juin 1855 (épisode du siège de Sébastopol au cours de la guerre de Crimée) et La Bataille de Solférino, 24 juin 1859 (tous deux à Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon). Après la chute du régime, et malgré sa proximité avec ses plus hauts dignitaires comme la Princesse Mathilde dont il était le protégé ou le comte de Nieuverkerke dont il fréquentait le cercle, Protais continue à être un peintre en vue sous la IIIe République auprès des peintres de bataille de la génération suivante comme Alphonse de Neuville (1836-1885) et surtout Edouard Detaille (1848-1912). Il fait partie des artistes qui entretiendront la mémoire des combats contre la Prusse et participeront au ferment de la revanche envers l’ennemi allemand, bénéficie d’une commande pour le nouvel édifice du Ministère de la Guerre boulevard Saint-Germain et écrit quelques pages de l’histoire nationale en représentant des épisodes du Premier Empire (Soir de Waterloo ou Le Bataillon carré, 1815, seule œuvre figurant dans les collections du musée d’Orsay et actuellement en dépôt au musée d’Art de Nantes).

Alexandre Protais, Le bataillon carré, vers 1886. (c)photo musée d'Orsay-rmn
Alexandre Protais, Le bataillon carré. 1815, vers 1886. Huile sur toile ; h. 1.72 ; l. 2.53 m. Musée des Beaux-Arts, Nantes, France. ©photo musée d’Orsay / rmn.

Toutefois, il se fait également une spécialité de la représentation de la vie militaire en dehors des combats. Le Matin avant l’attaque et Le Soir après le combat, (1863 et 1886, tous deux au musée Condé de Chantilly) font partie de ses œuvres les plus célèbres qui contribuent au succès commercial de son œuvre.

Le tableau

Datant du début de la carrière de l’artiste, Militaires sur un quai, Toulon 1854 évoque sans doute la préparation de la bataille de Crimée à laquelle l’Empire français participe au sein d’une large coalition ayant pour objectif de mettre un coup d’arrêt à l’expansion russe vers l’Asie centrale, au bénéfice de l’affaiblissement de l’Empire Ottoman. Le tableau se distingue des compositions de l’époque par ses tonalités claires, la largeur de la touche et la multiplication des personnages qui donnent l’impression d’un instant pris sur le vif, dispositif qui est à l’origine de la peinture des avant-gardes des décennies suivantes. Le sujet est prétexte à la démonstration des talents de l’artiste qui multiplie les poses, les regards et les costumes dans une composition en frise parfaitement maîtrisée.

Ce genre de peinture, à succès, – et dont l’exposition Spectaculaire Second Empire a montré toute l’importance – fait défaut dans les collections du musée d’Orsay. L’acquisition de cette œuvre vient compléter cette représentation pittoresque de l’armée sous le Second Empire et complète les salles de peinture d’histoire en cours de recomposition.

 

Notice de Xavier Rey, conservateur au musée d’Orsay.

Categories: Acquisition, Peinture

Comments are closed.