+33 1 40 49 48 34

Les expositions du moment aux musées d'Orsay et de l'Orangerie

ORSAY x ORANGERIE

Au musée d'Orsay

Edvard Munch
Soirée sur l’avenue Karl Johan, 1892

Klind Wiley
Homme Piquée par un serpent (Mamadou Gueye), 2022
Kehinde Wiley / Ugo Carmeni

Jacques (comte) De Lalaing
Modèle masculin torse nu assis, main gauche sur le front, vers 1890

Paul Helleu
Madame Paul Helleu, en 1894
musée d’Orsay

Jean-Camile Formigé
Pour l’Exposition universelle de 1900, restaurant roumain façade sur la Seine, en 1900

Au musée de l’Orangerie

André Derain 
La Route, en 1932

 

 

Sam Szafran 
Les Feuillages

Edvard Munch. Un poème de vie, d’amour et de mort

Du 20 septembre 2022 au 22 janvier 2023

L’œuvre de Munch occupe dans la modernité artistique une place charnière. Elle plonge ses racines dans le XIXe siècle pour s’inscrire pleinement dans le suivant. Plus encore, son œuvre tout entière est innervée par une vision du monde singulière lui conférant une puissante dimension symboliste qui ne se réduit pas aux quelques chefs-d’œuvre qu’il a créés dans les années 1890. Dépassant le symbolisme fin-de-siècle, Munch transcende ce mouvement au-delà de son apogée pour en faire l’épine dorsale de son œuvre, lui conférant ainsi sa grande cohérence.

 Kehinde Wiley 

Du 13 septembre 2022 au 08 janvier 2023

Ces œuvres viennent approfondir la réflexion développée autour de la série DOWN commencée en 2008. Initialement inspiré par le célèbre Le Christ mort au tombeau de Hans Holbein, ainsi que par des peintures et des sculptures historiques de guerriers tombés et de personnages au repos, Wiley a créé une série troublante de corps de couleur gisants au sol. Il vient ainsi re-conceptualiser les formes picturales classiques pour créer une version contemporaine du portrait monumental, retentissante de violence, de douleur, de mort et d’extase.

 

 

Dans les coulisses de l’atelier. Jacques Lalaing

Du 28 septembre 2022 au 08 janvier 2023
 
Accrochage d’un peintre et sculpteur belge, Jacques de Lalaing construit un œuvre abondant sous le sceau des codifications académiques. Il fait un usage intensif, et confidentiel, de la photographie. Pour conserver trace de son travail, il s’alloue les services de photographes bruxellois réputés. Pour se constituer un répertoire d’images, source d’inspiration ultérieure, il collecte des « Académies » produites à l’intention des artistes par des photographes ou éditeurs parisiens.
 

 

 

 

Paul Helleu : Portraits et intimité

Du 20 septembre 2022 au 01 janvier 2023

Accroche sur Paul Helleu qui fut le peintre privilégié des élites au temps de la Belle Epoque.

 
Du 09 septembre au 13 décembre 2022
 
Dès 1867, les expositions universelles constituent un laboratoire pour la représentation des nations, incarnées par des pavillons dont l’architecture exprime l’histoire, la tradition et l’identité.

La place donnée aux pavillons nationaux atteint un point culminant à l’Exposition universelle de 1900, dans une Europe où les nationalismes s’affirment et menacent l’intégrité des empires. Ils s’étalent, tel un musée de plein-air, le long de la rue des Nations, entre les Invalides et le pont de l’Alma.

 

 

Andrée Derain – Paysages Méridionaux

Du 21 septembre 2022 au 06 mars 2023

André Derain est le peintre le plus représenté dans la collection du musée de l’Orangerie, avec une trentaine de tableaux. Parmi eux, six paysages produits autour de 1930 rappellent l’attachement de l’artiste avec la nature qu’il peint constamment depuis ses débuts fauves. Avec plus de deux cents toiles de paysage peints dans cette période, quasiment tous passés par les mains de Paul Guillaume, cet échantillon est révélateur du travail de Derain.
 
 
 
 

 

 

 

Sam Szafran. Obsession d’un peintre

 

Du 28 septembre 2022 au 16 janvier 2023

Sam Szafran (1934-2019) occupe une place très singulière dans l’histoire de l’art de la deuxième moitié du XXe siècle. Il a voué son œuvre à une approche figurative et poético-onirique du réel qu’il a développée loin du monde de l’art et de ses engouements, dans le retrait de l’atelier.